Réponses au questionnaire "Où va-t-on ensemble ?"


Répondez au questionnaire avant le 22 mai


Il y a 11 fiches.

BonPati

Précisions éventuelles : Projet d'habitat participatif à Bordeaux
Etes-vous en phase avec ces 5 orientations ? : Oui, bien sur, même si la n°3 est inclus dans la n°5.
Maintenant, place à l'action.
Quelles sont les orientations qui vous semblent les plus importantes ? (mettre éventuellement une note de 1-plus important à 5-moins important) : 1: Inspirer le plus grand nombre
2: Fédérer l’ensemble des acteurs de l’habitat participatif
3: Partager les ressources techniques
4: Mobiliser les initiatives citoyennes
5: Innover pour un mouvement en constante réinvention
Quelles sont selon vous les actions que doit mener la Coordin'action ? : Avant tout, il faut communiquer, pour répondre à 2 défis:
- multiplier les candidats à l'HP, car c'est le meilleur moyen de sécuriser les projets et d'en réduire la durée.
- changer l'image de l'HP, encore trop associée à la "vie en communauté", et montrer qu'il y a une multitude d'objectifs différents et de personnalités variées, là encore pour avoir plus de volontaires
Sur ce point, les JPO sont une bonne solution mais il faudrait aussi une plus grande présence des défenseurs de l'HP dans les évènements variés et auprès des maires.

Ensuite, il faut mettre en relations les projets : pour partager les savoir-faire nombreux, et aussi pour rappeler les fondements de l'HP (la valeur travail notamment), qui peuvent avoir tendance à être oubliés par les nouvelles générations.
Pour cela, une newsletter (trimestrielle ?)faisant une large place aux témoignages serait très utile. Il ne faut pas surestimer la fréquentation de l'observatoire juridique et financier.
Selon vous, qui participe et selon quelles modalités aux actions de la Coordin'action ? : Tous ceux qui en partagent les objectifs !
Plus précisément, j'ai le sentiment que les structures régionales se focalisent trop sur l'assistance à maîtrise d'usage, dans un objectif de professionnalisation, et délaissent le travail de communication / sensibilisation. Si cette tendance ne s'inverse pas, on aura bientôt autant d'AMO/AMU que de groupes de futurs habitants.
La Coordin'action doit mener un travail d'identification locale d'associations / groupes pour relayer ses messages et mobiliser.
Selon vous, qui peut adhérer à la Coordin'action et sous quelle forme ? : Pourquoi exclure les groupes d'habitants / futurs habitants ?

En habitat participatif, la règle d'or est que l'union fait la force.
Selon vous, quel mode de gouvernance devrait être appliqué ? : Sans précision sur les modes disponibles et leurs vertus respectives, difficile de répondre.
Selon vous, quels sont les outils et les moyens à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs de la Coordin'action ? : D'abord, la Coordin'action doit pouvoir justifier de sa représentativité et de son importance. Pour cela, il faut des membres, encore des membres. Ensuite, on a du poids pour demander de l'argent aux pouvoirs publics, aux coopératives immobilières ...

Ensuite, il faut s'appuyer sur les ressources humaines en faisant des appels aux bonnes volontés. Là encore, c'est un principe de base de l'HP. De même que dans un groupe, on ne demande pas à tout le monde d'être expert en jardinage ou en gestion de copro, mais que l'on demande à chacun d'aider selon ses capacités. Il y a forcément dans les groupes d'habitants de France des pros du juridique, de la communication, de la construction, de la banque, de l'environnement...

Concrètement, une newsletter aiderait à fédérer le mouvement.
En communication, agir au niveau de chaque association départementale des maires de France serait pertinent.
Si vous souhaitez apporter une autre contribution / suggérer une autre question : La réalisation d'un MOOC habitat participatif, conçu en lien avec des AMU, des coopératives immobilières et des groupes d'habitants (dans leurs différentes formes juridiques) serait utile dans les phases de lancement des projets. Et ce serait aussi une occasion de communiquer sur l'habitat participatif.
Personne contact : Jean Veyrat
BonpatI (Où va-t-on ensemble ?)
créée le 26.05.2018 à 18:27, mise à jour le 26.05.2018 à 18:27.

CAHP-IDF

Etes-vous en phase avec ces 5 orientations ? :
  • • Mobiliser les initiatives citoyennes « Le Mouvement doit lier les habitants et les acteurs de l’habitat participatif »
Le Mouvement doit sensibiliser les habitants aux aspects dépassant le strict cadre du logement sur l’innovation qu’apporte leur choix de vivre en habitat participatif à la société : recréer du lien social solide quand l’emploi et les liens traditionnels se délitent, développer un esprit solidaire et citoyen dans la ville, mettre en place des initiatives de coopération dont l’utilité dépasse les seuls groupes de voisins, expérimenter des formes démocratiques ouvertes aux autres, telles que la prise de décision au consentement.
Le Mouvement doit organiser la prise en compte des demandes des habitants (intérêts objectifs) par les acteurs de l’habitat participatif. Il doit permettre de développer la capacité de dire de chacun quel que soit son bagage culturel, son statut social, son expérience, ces savoir-faire et ses compétences. Enfin, Il doit mettre en place les éléments qui permettent aux habitants de sortir d’une relation consumériste avec les professionnels de l’habitat. Il doit également faire respecter par les habitants le savoir faire professionnel des acteurs, ainsi que les modalités d’organisation mises en place d’un commun accord.
• Inspirer le plus grand nombre : « Notre vocation, c’est de renouveler la façon de faire la ville »
Le Mouvement doit mobiliser tous les citoyens autour des innovations particulièrement utiles qu’il apporte à la manière dont la démocratie locale peut s’emparer de la question urbaine. Il s’agit à la fois d’élargir la possibilité d’accueil de nouvelles populations sans diminuer les superficies naturelles (limiter l’étalement urbain), d’offrir de nouvelles formes de parcours résidentiels aux plus modestes et transformer le voisinage de situation subie en force collective construite (faire la ville dans la ville).
  • • Partager les ressources techniques : « La Coordin’action doit être un lieu ressource, notamment via l’observatoire juridique et financier »
Le Mouvement doit transformer en ressource accessible à tous des retours d’expérience synthétisés et objectivés. Cela va pour les points techniques tels que les questions juridiques et financières, les parcours d’émergence des initiatives, mais aussi pour les points relevant d’un bon sens largement partagé, telles que les questions de gouvernance, et la lutte constante pour maintenir un dynamisme efficace, sans s’épuiser dans les excès du dialogue propres à tous collectifs d’habitants.
• Innover pour un mouvement en constante réinvention : « La Coordin’action a vocation à favoriser l’innovation et à se positionner en agitateur d’idées »
Le Mouvement doit contribuer à faire sortir l’habitat participatif d’une vision expérimentale pour passer progressivement d’une expérience vécue par 0,005 % de la population à une expérience vécue par 1% de la population en travaillant deux questions essentielles :
• rendre possible en accompagnant des personnes éloignées de telle démarche en personnes capables de le faire, et
• faciliter la démarche pour la rendre accessible aux plus grand nombre. La marge de progression est si forte que la partie « recherche et développement » de notre mouvement devrait être très active, à partir d’une part de réflexions travaillées en propre par chacun dans son territoire, et la capitalisation par le retour d’expérience.
  • • Fédérer l’ensemble des acteurs de l’habitat participatif « La Coordin’action doit être à l’initiative de ponts entre les réseaux »
Le mouvement s’est bâti sur l’engagement des habitants des projets d’habitat participatif à la fois forte et peu reconnue. En effet, si les habitants et leurs collectifs font nombre et sont l’élément clé de la réussite de l’habitat participatif, le mouvement citoyen reste faible dans une société où l’investissement bénévole est méprisé, tant en termes de légitimité que de soutien financier. Il se développe dans un écosystème atomisé entre divers réseaux (USH, Collectivités, Professionnels…) dont aucun à une masse critique suffisante pour influer significativement les politiques publiques nécessaires le développement de cet habitat pour tous.
Il est donc indispensable de tendre à fédérer l’ensemble des acteurs de l’écosystème en croisant les regards et les spécificités de positionnement de chacun sans les opposer. En portant cette initiative au travers d’efforts de conviction auprès de chacun, la coordin’action affirmera la place centrale des habitants dans l’habitat participatif. Ce faisant, cessons d’affirmer une pseudo spécificité du mouvement des habitants qui dessert notre légitimité et soyons à l’initiative de rapprochement permettant de sortir de visions parfois concurrentielles pour faire mouvement entre acteurs complémentaires : les habitants, les élus ont la légitimité citoyenne ; les professionnels, leur implication nous est nécessaire ; les opérateurs de logements sociaux permettent d’ouvrir l’habitat participatif. Tous agissent sur le développement de l’habitat participatif dans leurs propres jeux de contraintes. A nous de favoriser leur décloisonnement.
Quelles sont les orientations qui vous semblent les plus importantes ? (mettre éventuellement une note de 1-plus important à 5-moins important) : Plutôt qu’un classement par ordre d’importance, un classement par ordre d’urgence :
1. Fédérer l’ensemble des acteurs de l’habitat participatif « La Coordin’action doit être à l’initiative de ponts entre les réseaux »
2. Partager les ressources techniques : « La Coordin’action doit être un lieu ressource, notamment via l’observatoire juridique et financier et la capitalisation par retour d’expérience (Ex : Etude QPV) »
3. Mobiliser les initiatives citoyennes « Le Mouvement doit lier les habitants et les acteurs de l’habitat participatif »
4. Inspirer le plus grand nombre : « Notre vocation, c’est de renouveler la façon de faire la ville »
5. Innover pour un mouvement en constante réinvention : « La Coordin’action a vocation à favoriser l’innovation et à se positionner en agitateur d’idées »
Quelles sont selon vous les actions que doit mener la Coordin'action ? : Les missions de la coordin’action découlent largement des orientations stratégiques et du plan d’action qui se dégagera de la phase de rénovation, il est sans doute nécessaire de distinguer les missions des outils
Mission : Plaidoyer et contribution aux politiques publiques et réglementaires ?
Cette modalité d’action, orientée en direction des pouvoirs publics, a obtenu des résultats au-delà de toute espérance. Ce ne doit plus être un objectif prioritaire, même s’il est nécessaire de rester vigilant sur le sujet. Aujourd’hui ce sujet passe par la mobilisation et l’adaptation progressive du droit commun. Les plaidoyers doivent être portés de façon partagée avec les acteurs concernés de l’écosystème.
Mission : Animation/facilitation des chantiers transversaux/Etude-action ?
Il est essentiel de multiplier les chantiers transversaux d’étude-action, notamment les retours d’expériences parce qu’ils vont nous permettre de consolider nos expériences entre quelques associations ou coopératives du réseau pour la portée à connaissance auprès de tous au niveau national et aussi de construire des liens durables avec nos partenaires.
Mission : Organisation d'évènements (JPO, RNHP, ...) ?
Il est important que soient régulièrement organisés différents évènements, à un rythme qui doit cependant respecter les capacités de chaque association ou coopérative régionale :
- Les JPO sont trop laissées à l’initiative des collectifs eux-mêmes. Il conviendra progressivement de renforcer le sens de cette initiative en décrivant le rôle de chacun des intermédiaires indispensables à leur réussite.
- Les RNHP deviennent un évènement trop important pour être reproduit fréquemment. Il convient de mettre en place une forme de journées régionales/nationales se déroulant chaque semestre, chacune à la charge de l’association/coopérative régionale l’organisant, avec systématiquement, une demi-journée interrégionale prise en charge par la coordin’action.
Outils : BDD projets, Outil de mise en lien, Agenda partagé, Centre de ressources,...) ?
Il importe d’examiner l’utilité des différents outils cités pour les associations ou coopératives régionales. Mise en œuvre au niveau national la BDD ne prendra tout son sens que si les organisations territoriales s’en emparent et assure la consolidation et la mise à jour des informations qu’elle contient.
En zone urbaine les projets d’HP sont de moins en moins issus d’initiatives habitantes (les habitants sont peu à l’initiative des projet), ce type d’outil de mise en lien ne correspond pas au type d’outil de travail collaboratif qui est nécessaire pour assurer la médiation de mise en lien au sein de groupes qui grandissent ensemble à l’occasion d’un projet ?
L’Agenda partagé est-il utile au regard des outils dont nous développons chacun dans nos associations ou nos coopératives. Au niveau opérationnel le fonctionnement en parallèle entre 3 environnement informatiques différents, deux systèmes de sauvegarde (protections de données confidentielles), cinq agendas partagés, est particulièrement chronophage.
Mission : Communication grand public sur l'HP ?
Chaque association ou coopérative régionale développe ses propres outils de communication grand public en fonction des problématiques spécifiques à son territoire. Le rôle de la coordin’action pourrait être de synthétiser et de diffuser auprès de ses membres les argumentaires thématiques utilisés par les associations/coopératives régionales.

Quelles sont selon vous les actions que doit mener la Coordin'action ? :
Deux types d’action sont du ressort de la coordin’action :
1. développer les actions nationales qui ne peuvent être du ressort des associations et coopératives régionales. Il s’agit de mettre en place les éléments de coordination des différents réseaux, le suivi des politiques nationales, les actions transversales de type étude-action à mener par des binômes ou mieux des trinômes d’associations et coopératives.
2. aider à renforcer l’action et l’organisation des associations et coopératives territoriales. Il s’agit d’organiser la mise en commun par les associations et coopératives régionales de leurs modalités d’organisation, de leurs priorités, de leurs pratiques à l’égard des partenaires professionnels ou institutionnels, un examen des méthodes de mise en place de projets, d’accompagnement de projets, de mobilisation des habitats en place, de formation en direction des habitants, de contrôle habitant en direction des autres acteurs.
Selon vous, qui participe et selon quelles modalités aux actions de la Coordin'action ? : • La Coordin'action peut-elle s'adresser, de manière complémentaire aux associations régionales/locales, à tous les groupes et futurs habitants pour promouvoir la thématique de l'Habitat Participatif (dire qu'elle existe, faire des propositions, ...) ?
La coordin’action est une fédération d’association et coopérative. Chacune d’entre elle est maitre du développement de l’H.P. dans son territoire, elle en connaît les spécificités et les jeux d’acteurs et donc est seule légitime pour y définir sa politique de développement de l’habitat participatif. La coordin’action ne s’adresse qu’a ses membres associations territoriales, coopératives. Elle synthétise les messages régionaux, et les nourrit par ses argumentaires. Elle relaie les demandes des groupes de citoyens et des futurs habitants.
  • • Les chantiers portés par la Coordin'action doivent-ils être ouverts à toutes les personnes intéressées (réseaux partenaires, futurs habitants, groupes,...) ? En terme de visibilité d'une part et de contribution d'autre part ?
Chaque chantier/projet de la coordin’action est porté par un Binôme d’associations dans le cadre d’une lettre de mission précise (Organisation transitoire). C’est ce binôme qui définit suivant les projets l’implication des réseaux partenaires ou des collectifs d’habitants à impliquer dans la thématique.
• L’organisation transitoire par chantier doit elle se poursuivre en l’ouvrant à des contributeurs extérieurs à la Coordin’action ?
Bien-sûr comme défini ci-dessus
• La légitimité des contributeurs aux chantiers est-elle basée sur le travail fourni (et donc sur l'implication et l'expertise) ou sur la base d'un mandat de représentation ?
Doivent être définis dans la lettre de mission les mandats de représentation, l’implication et l’expertise des acteurs.
• Débat professionnels /citoyens : jusqu'où les professionnels veulent ils / peuvent-ils partager leurs ressources ?
Le rôle de la coordin’action à l’égard des professionnels doit être fondé sur les points suivants :
- Sortir d’un commun accord des modalités concurrentielles et consuméristes pour organiser au mieux le développement de l’habitat participatif (de plus en plus de missions sont soumises aux marchés publics)
- Confier aux associations des actions de contrôle et de développement (comprenant nécessairement des savoir-faire professionnels) sur les éléments essentiels de l’habitat participatif : constitution et animation des collectifs d’habitants, projet de voisinage, gouvernance programmation participative et.
- Les professionnels sont au service des collectifs d’habitants et/ou des opérateurs qui initie les projets, les associations/coopératives régionales doivent être au service de l’idée de l’habitat participatif, et pouvoir la garantir.
• Selon vous, qui participe et selon quelles modalités aux actions de la Coordin'action ? :
Les membres de la coordin’action participent aux actions de la coordin’action. D’autres acteurs peuvent y participer dans le cadre de conventions de partenariat.
Selon vous, qui peut adhérer à la Coordin'action et sous quelle forme ? :
L’adhésion est naturellement fédérale en adhérant à une association territoriale membre de la coordin’action ont adhère indirectement à la fédération. Pas d’adhésion directe à la coordin’action au risque d’affaiblir les structures territoriales

La coordin’action s’étant érigée sur une responsabilité nationale, doit s’organiser comme le sont les organisations nationales, comme un rassemblement d’un certain nombre de territoires significatifs (régions et/ou métropoles).
On doit pouvoir y ajouter 4 à 6 associations ou coopératives nationales prenant en charge des aspects spécifiques de l’habitat participatif, et s’engageant dans le respect des activités des organisations régionales en place ou à mettre en place.
Seules les structures d’utilité sociale territoriale (association ou SCIC), peuvent être membres. La coordin’action ayant pour ambition d’accompagner la couverture de l’ensemble du territoire. Avec comme condition que la représentation habitante (directe ou indirecte) soit majoritaire dans la gouvernance.
D’autre partenaires dans le cadre d’une évolution vers une gouvernance par collèges
Selon vous, quel mode de gouvernance devrait être appliqué ? :
Association avec collèges, Conseil de surveillance et directoire
Recherche d’un mode de gouvernance moins chronophage et prenant en compte la raréfaction des disponibilités militantes, pour pouvoir se concentrer sur les projets conduisant sans doute à sortir de la logique de comité de pilotage pour mettre en place un conseil de surveillance (toutes les associations membres) et un directoire resserré en charge de mettre en œuvre le plan d’action
Selon vous, quels sont les outils et les moyens à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs de la Coordin'action ? : La réponse à ces questions dépend des orientations stratégiques que nous arrêterons, du plan d’action et du modèle économique qui en découlera. Elles sont donc prématurées
Personne contact : Frédérique Debruille
CahpIdf (Où va-t-on ensemble ?)
créée le 25.05.2018 à 15:46, mise à jour le 25.05.2018 à 15:46.

Cécile Viallon, Odile Melot et Luc d'Arras, membres du collège de Cohab'titude

Précisions éventuelles : Le contenu du questionnaire a été travaillé en équipe (Odile et Luc), la contribution de Cécile est ajouté dans en "Contributions libres)
Etes-vous en phase avec ces 5 orientations ? : 1- Mobiliser les initiatives citoyennes « Le Mouvement relie et mobilise les habitants et les acteurs de l’habitat participatif » (NB. : Ce sont des actions et non des devoirs)

2- Développer des argumentaires en faveur de l’habitat participatif.
Etre force de proposition auprès des pouvoirs publics et acteurs institutionnels

3- Partager les ressources techniques : « La Coordin’action a pour vocation d’organiser la construction d’un espace commun de ressources techniques et de retours d’expériences issus des projets d’habitat participatif »

4- Mutualiser pour élargir les capacités d’actions du mouvement : « La Coordin’action a pour vocation de proposer et d’animer des outils communs nationaux au service des projets et de l’ensemble du mouvement de l’habitat participatif »

5- Relier l’ensemble des acteurs de l’habitat participatif : « La Coordin’action a pour vocation de susciter et d’animer un espace de dialogue entre l’ensemble des acteurs de l’habitat participatif, et à y représenter la parole des habitants »
Quelles sont les orientations qui vous semblent les plus importantes ? (mettre éventuellement une note de 1-plus important à 5-moins important) : Toutes les orientations sont importantes. Leur hiérarchisation peut varier en fonction des décisions prises en AG par exemple
Quelles sont selon vous les actions que doit mener la Coordin'action ? : OK avec l'ensemble en parlant d'argumentaire plutôt que de plaidoyer (argument de type juridique)
4. Communication grand public sur l'HP => Cette communication se fait quotidiennement, non seulement à travers les points précédents, mais aussi par les sites, la communication auprès de la presse, l’information grand public (via newsletters, ateliers, salons…), le travail quotidien des salariés et des bénévoles…
Selon vous, qui participe et selon quelles modalités aux actions de la Coordin'action ? : • Les chantiers portés par la Coordin'action doivent-ils être ouverts à toutes les personnes intéressées (réseaux partenaires, futurs habitants, groupes,...) ? En termes de visibilité d'une part et de contribution d'autre part ?
Pour cela, vérifions et retravaillons les statuts de l’association Coordin’action (objet, moyens, organisation…) avec charte, règlement intérieur ou autre outil

• L’organisation transitoire par chantier doit elle se poursuivre en l’ouvrant à des contributeurs extérieurs à la Coordin’action ?
Oui, si les conditions d’ouverture à l’extérieur sont réfléchies et écrites dans les documents de référence

• La légitimité des contributeurs aux chantiers est-elle basée sur le travail fourni (et donc sur l'implication et l'expertise) ou sur la base d'un mandat de représentation ?
Nous avons besoin de tous les acteurs, à tous les niveaux, qu'ils interviennent à titre individuel, collectif, ou représentant leur structure

• Débat professionnels /citoyens : jusqu'où les professionnels veulent-ils / peuvent-ils partager leurs ressources ?
C’est une question importante. Sur quelles règles sont basées les différentes interventions actuelles (par exemple Regain, RAHP, Habitat & Partage…) ?
Selon vous, qui peut adhérer à la Coordin'action et sous quelle forme ? : Il n'est pas possible de répondre à de telles questions sans établir un processus de réflexion sur le sujet :
1- Vérifier et harmoniser les documents de référence (charte et statuts)
2- Analyser les demandes, acceptations er refus des différents postulants
3- Se rencontrer pour permettre à tout militant d'exposer son point de vue
4- Les structures existantes doivent annoncer leur orientation politique de manière intelligible et accessible à chaque participant qui le souhaite
Selon vous, quel mode de gouvernance devrait être appliqué ? : Si le processus précédent ne parait pas suffisamment réaliste, notre réflexion actuelle est la suivante :

L’adhésion à la Coordin’action peut être ouverte aux groupes et particuliers, à condition de créer une catégorie de membre spécifique.
En effet, la Coordin’action doit concilier deux logiques différentes :
- une logique de représentation (politique) : porter la parole habitante auprès de nos partenaires, construire un discours commun et piloter le mouvement, ce qui implique un minimum de représentativité.
- une logique de coopération citoyenne et militante : mobiliser toutes les personnes et les ressources qui souhaitent contribuer à la diffusion de l’habitat participatif (se sentir partie prenante d’un mouvement habitant, partager des expériences, contribuer à un savoir commun sur l’habitat participatif, faire connaitre l’habitat participatif au plus grand nombre, multiplier les échanges horizontaux…)
Selon vous, quels sont les outils et les moyens à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs de la Coordin'action ? :
Nous devons nous donner les moyens financiers de nos ambitions. Un modèle fait la quasi-unanimité des structures militantes qui pèsent sur le terrain sociétal : « collecter des dons individuels défiscalisés ». Cela signifie être une structure association, fondation, fond de dotation… auto-déclarée d’Intérêt Général ou RUP (Reconnue d’Utilité Publique)
Cela nous permettra d'avoir un mouvement citoyen indépendant de tout lobby privé (entreprise, partenaire technique, mécène...) ou institutionnel (état, collectivité...)
Si vous souhaitez apporter une autre contribution / suggérer une autre question :
QUESTIONNAIRE COORDINACTION CECILE


LES 5 ORIENTATIONS

1 OUI Mobiliser les initiatives citoyennes « Le Mouvement doit lier les habitants et les acteurs de l’habitat participatif »

2 Inspirer le plus grand nombre : « Notre vocation, c’est de renouveler la façon de faire la ville Je pense que c’est une conséquence mais pas un objectif

3Partager les ressources techniques : « La Coordin’action doit être un lieu ressource, notamment via l’observatoire juridique et financier »

je pense que nous avons à partager toutes les ressources et pas seulement techniques et financières ,il y a surtout les ressources humaines

4nnover pour un mouvement en constante réinvention : « La Coordin’action a vocation à favoriser l’innovation et a se positionner en agitateur d’idées »

c’est aussi une conséquence et pas un objectif en soi

5 Fédérer l’ensemble des acteurs de l’habitat participatif « La Coordin’action doit être à l’initiative de ponts entre les réseaux »
Ca c’est un objectif

les orientations les plus importantes sont la 1 et la 5 puis la 3 les é autres en découlent.

QUELLES ACTIONS MENEES ENSEMBLE

Je suis en accord avec les 5 actions proposées

A QUI NOUS ADRESSER ENSEMBLE , ?

La Coordin’action étant composée des asso locales et régionales elle s’adresse obligatoirement à celles-ci .
Celles ci étant elles mêmes composées des groupes et futurs habitants elle s’adresse don aussi à eux

QUI PARTICIPE ?

Les groupes et futurs habitants sous la forme de chantiers élaborés et approuvés par la Coordin’action.
Ceux-ci peuvent appeler d’autres partenaires invités pour leurs compétences et ou leur expertise.C’est le travail fourni autant que la représentation qui est pris en compte.
Les invités peuvent être des professionnels si ils respectent la charte de la Coordin’action.

QUI ADHERE ET SOUS QUELLE FORME ?

Les associations d’habitants locales nationales et régionales et les groupes en projet et installés et les individus isolés . Tous sont appelés à rejoindre en même temps une association locale.
L’adhésion est à a fois locale et nationale, elle est validée par la Coordin’action.

Les associations composées uniquement de professionnels ont un statut d’associés et n’ont pas de voix délibérative. Elles sont également appelées à rejoindre une association locale.
QUELLE MODE DE GOUVERNANCE EN DECOULE ?

Nos partenaires sont consultés ,ils n’ont donc pas de voix délibérative.Si il y a deux collèges d’adhérents les associations et les collectifs ou groupes en projet ou réalisés ce sont eux qui ont les voix délibératives . Le consensus est recherché et une régle est à établir quand il n’est pas atteint.

COMMENT ATTEINDRE NOS OBJECTIFS ?

Les ressources à mobiliser sont les outils numériques devenus incontournables.
La communication est permanente .

Avec quels moyens financiers et humains ?
Les finances sont actuellement celles de nos réseaux partenaires collectivités bailleurs sociaux état.
Un appel au plus grand nombre est à maintenir.
Pour les ressources humaines il est nécessaire que des salariés soient partis prenantes et que des bénévoles assument les responsabilités de la bonne marche de l’association.
Personne contact : Odile Melot
CecileViallonOdileMelotEtLucDArrasMem2 (Où va-t-on ensemble ?)
créée le 31.05.2018 à 21:50, mise à jour le 31.05.2018 à 21:50.

ECO HABITAT GROUPE

Précisions éventuelles : réponse concertée
Etes-vous en phase avec ces 5 orientations ? :
1 Mobiliser les initiatives citoyennes « Le Mouvement doit lier les habitants et les acteurs de l’habitat participatif » OUI, c’est l’objectif premier

2 Inspirer le plus grand nombre : « Notre vocation, c’est de renouveler la façon de faire la ville.
C’est une conséquence (mais pas un objectif) à laquelle peuvent contribuer tous les réseaux

3 Partager les ressources techniques : « La Coordin’action doit être un lieu ressource, notamment via l’observatoire juridique et financier ».
Nous avons à partager toutes les ressources et pas seulement techniques et financières, il y a surtout les ressources humaines les outils peuvent être constitués avec des partenaires

4 Innover pour un mouvement en constante réinvention : « La Coordin’action a vocation à favoriser l’innovation et a se positionner en agitateur d’idées »
C’est aussi une conséquence (et pas un objectif en soi)

5 Fédérer l’ensemble des acteurs de l’habitat participatif « La Coordin’action doit être à l’initiative de ponts entre les réseaux »
Selon la réponse à la question « Mouvement des habitants ou Mouvement de l’HP ? » Il s’agit de fédérer tous les acteurs ou seulement les habitants et d’être à l’initiative de ponts entre les réseaux.
C’est à la fois un objectif et un choix stratégique
Quelles sont les orientations qui vous semblent les plus importantes ? (mettre éventuellement une note de 1-plus important à 5-moins important) : les orientations les plus importantes sont la 1 et la 5 puis la 3, les autres en découlent.
Quelles sont selon vous les actions que doit mener la Coordin'action ? : Accord avec les 5 actions proposées
Selon vous, qui participe et selon quelles modalités aux actions de la Coordin'action ? :
La Coordin’action étant composée d’associations nationales, régionales et locales, elle s’adresse obligatoirement à elles.
Celles-ci étant elles-mêmes composées des groupes et futurs habitants elle s’adresse donc aussi à eux.

QUI PARTICIPE ?

Les groupes et futurs habitants sous la forme de chantiers élaborés et approuvés par la Coordin’action.
Ceux-ci peuvent appeler d’autres partenaires invités pour leurs compétences et ou leur expertise. C’est le travail fourni autant que la représentation qui est pris en compte.
Les invités peuvent être des professionnels s’ils respectent la charte de la Coordin’action.
Des partenaires peuvent aussi participer à des chantiers communs.
Selon vous, qui peut adhérer à la Coordin'action et sous quelle forme ? : QUI ADHERE ET SOUS QUELLE FORME ?
Oui à une adhésion de type fédérale.
Peuvent adhérer les associations d’habitants locales, régionales nationales et les groupes en projet ou installés et les individus isolés . Tous sont appelés à rejoindre en même temps une association locale.
L’adhésion est à a fois locale et nationale, elle est validée par la Coordin’action.
Les associations composées uniquement de professionnels ont un statut d’associés et n’ont pas de voix délibérative. Elles sont également appelées à s’associer ou participer à une association locale ou régionale
Selon vous, quel mode de gouvernance devrait être appliqué ? :
Nos partenaires sont consultés, ils n’ont donc pas de voix délibérative. Si il y a plusieurs collèges d’adhérents : les associations et les collectifs ou groupes en projet ou réalisés ce sont eux qui ont les voix délibératives.
  • Le consensus est recherché et une règle est à établir quand il n’est pas atteint.
Selon vous, quels sont les outils et les moyens à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs de la Coordin'action ? :
Les ressources à mobiliser sont les outils numériques devenus incontournables. Ils peuvent être constitués et partagés en partenariat avec contributions réciproques
Le plan de communication sera déterminé selon la composition de la Coordin’action / du Mouvement.

Avec quels moyens financiers et humains ?
Les finances sont actuellement celles de nos réseaux partenaires collectivités bailleurs sociaux état.
Un appel au plus grand nombre peut être lancé (peut-être plus sur des chantiers précis que sur le fonctionnement).
La fédération des ressources est liée à la fédération des réseaux
Pour les ressources humaines il est nécessaire que des salariés soient partis prenantes et que des bénévoles assument les responsabilités de la bonne marche de l’association.
Si vous souhaitez apporter une autre contribution / suggérer une autre question :
> Le questionnaire permet de revisiter les différents lieux de la vie associative, les composantes actuelles de la Coordin’action actuelle. Nous souhaitons que soit bien identifié quelles sont les composantes des composantes, c’est-à-dire quelles parties prenantes ils rassemblent car cela indique qui est associé à la gouvernance et plus largement qui est appelé à contribuer. Ainsi s’éclairera « QUI sommes-nous ? »

Pour EHG, depuis sa création il y a 40 ans en tant que « mouvement »,
  • > QUI = les groupes d’habitants.
Voilà la pierre angulaire du « mouvement » déjà voulu alors et remis en perspective ces mois et années prochaines.
Mais les autres parties prenantes ne sont pas exclues : les regards de professionnels, d’universitaires, etc. sont bienvenus. Principe : PAR ou AVEC les groupes habitants. Problème : s’ils ne sont pas mobilisés, le risque est de faire SANS. D’où une condition posée par EHG, quel que soit la structuration (échelles, adhésions, ..) qui suivra ce questionnaire et la rénovation-refondation en cours :
> dans les différentes instances, garantir qu’elles ne se gouvernent pas SANS les groupes d’habitants, que ce soit par implication directe de personnes émanant de groupe, ou par représentation indirecte via des mandats clairs à un carrefour ou à un collège ou à un collectif ou à une association de groupes d’habitants.

Cette garantie liée aux règles associatives (ou coopératives) est le volet formel du « mouvement ». Le volet essentiel est la dynamique volontaire des groupes conscients de leur appartenance et de leur contribution à leur « collectif des collectifs ». De même que l’habitat participatif, le mouvement se définit par la pratique, pas par les étiquettes ou les proclamations.
Or il y a de multiples pratiques d’échanges, de soutien, de mutualisation entre groupes, notamment à travers les visites. Il y a un effet-« ruche » butinant les retours d’expérience, mais quasi-invisible et sans traces, sans « miel » …La conscience de ces appuis de pairs à pairs reste faible, alors qu’elle est l’une des conditions de réussite des projets et de leur durabilité. Quasiment tous les groupes témoignent du fait qu’en évitant l’isolement ils ont limité les écueils, les tensions, les banalisations…Donc le mouvement inter-groupes est une richesse, cependant trop souvent :
leur environnement les traite comme des ilots sans voir l’archipel : les couper des échanges avec d’autres groupes avec qui partager questionnements et innovations est contraire à l’intérêt des groupes ; répéter qu’ils n’ont pas le temps est parler à leur place ce qui leur est préjudiciable.
leur environnement considère leurs manques donc tend à leur fournir des réponses plus ou moins descendantes sans valoriser leurs ressources pour des démarches « bottom-up ».

Donc laisser le potentiel contributif des groupes en friche parce que leurs pratiques sont un travail invisible ou supposées naturellement innées, sans besoin de valorisation et de soins, serait couper l’herbe sous le pied du mouvement. C’est pourquoi EHG :
> propose que l’ensemble des choix traités ci-après soient arbitrés dans le sens de la lisibilité et de la simplicité pour les groupes, afin de favoriser leur appropriation de leur mouvement, ouvert et pluriel.
> souligne que cette approche va amplifier les contributions des groupes soit en temps engagés (via leurs membres s’impliquant dans les fonctions d’ambassadeurs, de référents, …) soit en argent (à travers les cotisations et même à travers leur recherche de mécénats de proximité1). Un calcul indicatif national pour viser 100 000 € :
  • - Cotisation : si 300 groupes X 50 € = 15000 €
  • - Mécénat : si 25 groupes aboutissant dans une année sollicitent 5 des entreprises réalisant des lots dans leur immeuble, qui acceptent de donner chacune 750 € (coût restant à leur charge après réduction fiscale : 300 €) alors 93 750 €…
Personne contact : cecile VIALLON
EcoHabitatGroupe2 (Où va-t-on ensemble ?)
créée le 29.05.2018 à 18:02, mise à jour le 29.05.2018 à 18:02.

Eco habitat groupé Nord Pas de Calais

Précisions éventuelles : questionnaire rempli collectivement en réunion par 5 personnes du collège
Etes-vous en phase avec ces 5 orientations ? : oui pour les 5 orientations
Quelles sont les orientations qui vous semblent les plus importantes ? (mettre éventuellement une note de 1-plus important à 5-moins important) : 1 : mobiliser
2 : fédérer
3 : partager
4 : innover
5 : inspirer
Quelles sont selon vous les actions que doit mener la Coordin'action ? : OK pour les cinq
Selon vous, qui participe et selon quelles modalités aux actions de la Coordin'action ? :
La rédaction actuelle de l'article 6 des statuts nous convient; nous souhaitons le garder

Les chantiers doivent être complètement ouverts mais leurs propositions doivent être validées par le copil.

Il faut encourager les professionnels à partager leur ressources.
Selon vous, qui peut adhérer à la Coordin'action et sous quelle forme ? : L'adhésion doit être réservée aux associations de l'HP

Difficile de définir une règle générale, chaque association s'organise comme elle le souhaite.
Pas de type fédéral imposé.
Selon vous, quel mode de gouvernance devrait être appliqué ? : association administrée


oui pour la mise en place de nouveaux collèges ouverts à nos partenaires
Selon vous, quels sont les outils et les moyens à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs de la Coordin'action ? : Développer une communication diffusée à tous les membres qui le souhaitent des associations membres (type inscription à une newsletter)

Le crowdfunding est intéressant à développer

Il faut viser un salarié à temps plein pour la coordinaction.

relancer une recherche de financements auprès de fondations, de collectivités...
Personne contact : Marie-Cécile Delache, secrétaire
EcoHabitatGroupeNordPasDeCalais (Où va-t-on ensemble ?)
créée le 15.05.2018 à 22:34, mise à jour le 15.05.2018 à 22:34.

EVA 08

Précisions éventuelles : Ensemble Vivre et Vieillir autrement en Ardennes
Etes-vous en phase avec ces 5 orientations ? : Notre association est en phase avec ces 5 orientations
Quelles sont les orientations qui vous semblent les plus importantes ? (mettre éventuellement une note de 1-plus important à 5-moins important) : 1 : orientation n°1
2 ; orientation n°4
3: orientation n°5
4: orientation n°2
5 : orientation n°3
Quelles sont selon vous les actions que doit mener la Coordin'action ? : Contribuer aux politiques publiques et règlementaires
organisation d'évènements
Communication grand public sur l'HP
Selon vous, qui participe et selon quelles modalités aux actions de la Coordin'action ? : s'adresser aux associations locales et régionales
débats professionnels/citoyens
Selon vous, qui peut adhérer à la Coordin'action et sous quelle forme ? : Les associations de l'habitat participatif
adhésion de type fédérale
Selon vous, quel mode de gouvernance devrait être appliqué ? : Collectifs citoyens
Selon vous, quels sont les outils et les moyens à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs de la Coordin'action ? : Outils de mise en réseau
Fédérer les ressources des différentes associations
Personne contact : Christine Thiébeaux
Eva08 (Où va-t-on ensemble ?)
créée le 13.05.2018 à 16:22, mise à jour le 13.05.2018 à 16:22.

HABITER AUTREMENT AUVERGNE

Etes-vous en phase avec ces 5 orientations ? : La philosophie nous convient tout à fait, mais l'investissement bénévole ne se fait pas sentir.
Quelles sont les orientations qui vous semblent les plus importantes ? (mettre éventuellement une note de 1-plus important à 5-moins important) : 1- mobiliser 2-fédérer 3-partager 4-inspirer 5-innover
Quelles sont selon vous les actions que doit mener la Coordin'action ? : événements, outils mutualisés, communication, contribution aux politiques p.
Selon vous, qui participe et selon quelles modalités aux actions de la Coordin'action ? : ouvrir les actions de la coordination aux associations et personnes intéressées.
Selon vous, qui peut adhérer à la Coordin'action et sous quelle forme ? : L'adhésion ouverte est intéressante; à plusieurs niveaux, elle fédèrerait mieux .
Selon vous, quels sont les outils et les moyens à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs de la Coordin'action ? : Le crowdfunding est une option intéressante, et mobiliser des ressources des réseaux en fonction de leurs moyens. Les ressources humaines sont notre problème majeur.
Personne contact : Jean Siry
HabiterAutrementAuvergne (Où va-t-on ensemble ?)
créée le 24.04.2018 à 14:09, mise à jour le 24.04.2018 à 14:09.

Hesp'ère 21

Précisions éventuelles : Réponse élaborée de façon collective
Etes-vous en phase avec ces 5 orientations ? : Nous sommes en phase avec les orientations 2, 3 et 5, un peu moins avec les 1 et 4.

1 - Concernant les initiatives citoyennes à mobiliser, nous pensons que la coordin’action devrait surtout avoir un rôle « méta » et les association locales un rôle direct.

4 - Pour la partie innovation, nous pensons que la coordin’action serait plutôt dans la consolidation et la mise en œuvre des idées émanant des structures locales.
Quelles sont les orientations qui vous semblent les plus importantes ? (mettre éventuellement une note de 1-plus important à 5-moins important) : Notre classement serait :
1 - inspirer le plus grand nombre
2 - fédérer l’ensemble des acteurs de l’habitat participatif
3 - partager les ressources
4- mobiliser les initiatives citoyennes
5 - innover
Quelles sont selon vous les actions que doit mener la Coordin'action ? : Nous sommes en phase avec toutes les missions mentionnées, avec un bémol concernant les chantiers transversaux (n° 2). A ce sujet, vu les moyens limités, nous pensons que la coordin’action devrait agir uniquement de façon opportuniste, si une possibilité intéressant apparaît.
Selon vous, qui participe et selon quelles modalités aux actions de la Coordin'action ? : Nous ne pensons pas que la coordin’action doit s’adresser à tous et notamment aux futurs habitants car elle risquerait de rentrer « en concurrence » avec les structures locales.

Par contre, nous sommes favorables à l’intégration de toute personne intéressée dans les chantiers de la coordin’action. Cela ne nous semble pas être contradictoire : la coordin’action accepte ceux qui viennent à elle, mais ne cherche pas à les attirer. Ainsi, nous sommes favorables à la poursuite du travail par chantiers et son ouverture à des contributeurs extérieurs.

Nous pensons que toute contribution est valable sur la base de l’expertise et du travail fourni, à condition que l’on reste dans un travail bénévole et sans visée commerciale. Les professionnels peuvent participer autant qu’ils le souhaitent, leur collaboration pouvant être précieuse, à condition qu’il n’i ait pas, là encore, une visée commerciale.
Selon vous, qui peut adhérer à la Coordin'action et sous quelle forme ? : Nous pensons que la coordin’action peut s’ouvrir aux groupes habitants et aux individus, dans des collèges séparés.
Nous sommes opposés à une structure fédérale à plusieurs niveaux. La coordin’action fédère déjà des structures locales.
Selon vous, quel mode de gouvernance devrait être appliqué ? : Éventuellement des collectifs citoyen, même si plus difficile pour les salariés d'une association administrée classiquement + ouverture à  des collèges de professionnels.
Selon vous, quels sont les outils et les moyens à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs de la Coordin'action ? : Les outils actuels devraient être maintenus :
- site internet
- base de données des projets
- newletter
- organisation d’événements nationaux (JPO, RNHP)

Il pourrait être intéressant d’utiliser le crowdfunding pour financer des projets spécifiques d’intérêt général, comme un livre, un jeu, etc.

Nous pensons que la coordin’action devrait demander à être reconnue d’intérêt général.

Elle pourrait bénéficier d’aides de toute personne ou organisme de bonne volonté :
- bénévoles,
- fondations
- mécénat d’entreprises (prêt de compétences),
- subventions publiques ou privées…
Elle pourrait bénéficier d’aides de toute personne ou organisme de bonne volonté :
- bénévoles,
- fondations
- mécénat d’entreprises (prêt de compétences),
- subventions publiques ou privées…
Personne contact : Sylvie Rabie et Domonique Jaulmes
HespEre212 (Où va-t-on ensemble ?)
créée le 14.06.2018 à 22:28, mise à jour le 14.06.2018 à 22:35.

L'ECHO-HABITANTS

Précisions éventuelles : Réponses d'Olivier
Etes-vous en phase avec ces 5 orientations ? : OUi mais il s'agira d'en poser les moyens de leur mise en oeuvre. Le bénévolat ne pourra pas faire face seul... Parfois les contributions des structures adhérentes qui trouvent les moyens d'engager telle ou telle action suffisent (CF 1+1=3 ou le guide de l'autopromotion ou le Livre Blanc...), mais la Coordinaction devra développer son modèle économique plus solide pour faire face à ses ambitions. Pas facile bien évidemment...
Question : un DLA ne serait pas utile à ce moment donné ?
Quelles sont les orientations qui vous semblent les plus importantes ? (mettre éventuellement une note de 1-plus important à 5-moins important) : Mobiliser, inspirer, fédérer semblent dans l'ADN de la Coordinaction. Encore que fédérer un inter réseau n'est pas forcément le mot. Participer activement conviendrait mieux, être force de propositions aussi etc.
Innover et agiter, ça reste sans doute à préciser. Cela reste sans doute ambiteux, il faut que cela reste dans les intentions, mais on ne peut pas y prétendre d'entrée, voir c'est un moyen pour réaliser les 3 précédents...
Quant au centre de ressources, là c'est plus compliqué. Il faudra à la fois des moyens, un protocole entre tous, sans doute une convention d'engagments etc. Il faut dépasser les intentions et travailler précisément sur comment on monte ce genre d'affaire...
Quelles sont selon vous les actions que doit mener la Coordin'action ? : Oui ces 5 là, avec une fiche action précisant les enjeux, le rôle de chacun, les moyens, les partenaires. Je constate aussi un fort besoin de mobilisation pour traiter tout cela, et aujourd'hui nous ne sommes pas assez nombreux ni également mobilisés...
La question aussi est à quelle échelle on joue. On s'est constitué sur le national : loi ALUR, développement et plaidoyer, enjeux juridiques, liens avec les autres réseaux ou fédérations. Doit-on devenir une fédération ? Et avec quelle gouvernance et légitimité ? Vaste programme...
Pour les outils mutualisés, on en revient aux moyens : outil payant ? Etc.
Selon vous, qui participe et selon quelles modalités aux actions de la Coordin'action ? : Question complexe : tout repose aujourd'hui sur la base du volontariat, donc de l'intérêt à investir tel ou tel sujet, de la bonne volonté etc. et donc du bénévolat. On ne peut pas reposer que sur les bonnes volontés, on s'épuise. Il faut éviter de vouloir tout faire. Le souci est que localement les groupes d'habitants s'occupent d'abord de leur projet, certains deviennent des militants qui investissent le champ local ou régional, et il reste ensuite peu de monde pour le national... Je fais le constat que dans l'ouest, il y a peu de renouvellement ou d'extension de la mobilisation à l'échelle nationale. Il faut donc penser les choses et la mobilisation à partir de ce constat. Il vaut mieux une bonne équipe professionnelle qui travaille que des bénévoles qui n'ont pas assez de temps... L'idée d'un DLA qui poserait les conditions de formalisation d'une Fédé pourrait être intéressante, ou voir aussi le modèle Colibris qui a une équipe salariée...
Du point de vue méthode, il faut peut-être partager un diagnostic et à quels besoins la Coordinaction répond, puis établir le plan d'actions prioritaire et quel cadre pour le réaliser.
Selon vous, qui peut adhérer à la Coordin'action et sous quelle forme ? : Le national est loin pour les groupes. La Coordinaction pourrait aider à structurer des associations régionales quand c'est nécessaire. L'adhésion serait double de fait. Il faut aussi discuter d'une fusion possible avec d'autres structures nationales proches : fédé Habicoop, réseau Colibris et autre.
Selon vous, quel mode de gouvernance devrait être appliqué ? : Tout dépend du format que la Coordinaction va prendre. Si c'est une fédé, la gouvernance est instruite par les représentants des instances régionales. Si on reste sur le modèle actuel, ce sont les parts liées aux différents collèges (collège associations habitants, collège pro etc.). C'est assez proche somme toute. S'inspirer des collèges des SCIC et déterminer la part de chaque acteur dans les décisions. Perso, je plaiderais pour une fédé mais avec un avis extérieur pour y travailler (DLA...).
Selon vous, quels sont les outils et les moyens à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs de la Coordin'action ? : Les outils web actuellement développés sont pas mal. Il faut cependant délimiter nos champs d'action au possible. Les actions proposées doivent être assumées... Et en même temps, rien n'est gratuit. Donc le périmètre doit être défini avec ses moyens. Je suppose aussi qu'on ne peut pas répondre à ces questions selon que l'on continue à fonctionner comme actuellement , ou si on change de modèle, ou si on élargit le spectre avec des acteurs qui ont aussi leurs priorités...
- La base de données et la mise en lien : lier aux sites régionaux, cette base doit permettre de lier l'offre, la demande, les dynamiques. Il faut statuer sur son modèle éco (financement participatif, contribution directe, via la pub du web ? ...)
- Des actions en faveur du plaidoyer : vidéo, Libre Blanc 2 (ou Le Manifeste de l'HP ou ?), référentiel de la participation habitante...
- Des actions spécifiques : évolution des cadres juridiques et financiers, nouveaux outils, recherche action sur l'engagement et ses contraintes et limites etc.
- le Centre de ressources : très ambitieux, multi acteur, besoin d'un procotole et d'un cadre de la contribution, + du suivi. Modèle économique à caler.

Il me semble donc que nous devons préciser le rôle de la Coordinaction, son élargissement, sa forme (fédé ?), son plan d'actions associé à des moyens. Si on doit repenser tout ça, autant tout mettre à plat ?.
Si vous souhaitez apporter une autre contribution / suggérer une autre question : Il me semble donc que nous devons préciser le rôle de la Coordinaction, son élargissement, sa forme (fédé ?), son plan d'actions associé à des moyens. Si on doit repenser tout ça, autant tout mettre à plat ? DLA ?
Désolé de ne pouvoir faire mieux, ces temps sont épuisants...
Personne contact : Olivier Cencetti
LEchoHabitants (Où va-t-on ensemble ?)
créée le 21.05.2018 à 18:32, mise à jour le 21.05.2018 à 18:32.

Les Habiles

Etes-vous en phase avec ces 5 orientations ? : Mobiliser.... : un peu gêné par le fait que les associations membres ne soient pas citées dans le doc de la coordinaction du 8/4/17
Inspirer....: ce serait mieux de parler de "tous les publics" plutôt que " le plus grand nombre"
Partager....: est-ce une orientation ou est-ce plutôt une action concrête
Innover
Fédérer....: ne faut-il pas donner une place toute particulière aux bailleurs sociaux ?
Quelles sont les orientations qui vous semblent les plus importantes ? (mettre éventuellement une note de 1-plus important à 5-moins important) : Mobiliser
Innover
Inspirer
fédérer
Partager
Quelles sont selon vous les actions que doit mener la Coordin'action ? : Travail sur les montages innovants de mixité sociale et générationnelle et partage de ce travail

Mise à jour du "livre blanc " pour servir le plaidoyer auprès des politiques publiques et des collectivités
Selon vous, qui participe et selon quelles modalités aux actions de la Coordin'action ? : Les actions de la Coordin'action sont d'abord portées par les associations-membres

La Coordin'action est une représentation des habitants via les associations-membres. Elle doit dialoguer avec les "experts professionnels" mais ne peut être assimilée à eux.

Les chantiers peuvent être ouverts à des contributeurs extérieurs mais ceux-ci doivent avoir été mandatés.
Selon vous, qui peut adhérer à la Coordin'action et sous quelle forme ? : La Coordin'action doit rester réservée aux associations de l'habitat participatif. Que ferait uns association locale qui serait sollicitée par un groupe ou des des habitants qui n'auraient adhéré qu'à la Coordin'action ? Les associations locales ne sont pas des prestataires de service mais essentiellement des associations de militants bénévoles (appuyées pour certaines par des salariées)
Selon vous, quel mode de gouvernance devrait être appliqué ? : Association administrée avec la mise en place de nouveaux collèges .
Personne contact : Louis-Marie Saglio
LesHabiles (Où va-t-on ensemble ?)
créée le 16.05.2018 à 21:35, mise à jour le 16.05.2018 à 21:35.

REGAIN HABITAT PARTICIPATIF PACA

Etes-vous en phase avec ces 5 orientations ? : Je trouve certaines formulations un peu vagues. Autant je suis trés en phase avec certaines, autant je me retrouve moins dans d'autres. Je les remets dans mon ordre de priorité avec commentaires et propositions de reformulation.

1. Mobiliser les initiatives citoyennes : "Le Mouvement doit lier les habitants et les acteurs de l'habitat participatif "
OK sur l'idée, mais autre proposition de formulation :

=>1. Mobiliser les initiatives citoyennes : « La Coordin’action a pour vocation de « faire mouvement », de rassembler, rendre visible et construire des synergies entre les initiatives citoyennes ».

2. Inspirer le plus grand nombre : « Notre vocation, c'est de renouveler la façon de faire la ville »
OK. Je trouve la façon dont les objectifs sont formulés plus claire que le titre, pas suffisamment explicite dans ses implications pour moi :
» Développer des plaidoyers en faveur de l’habitat participatif
» Sensibiliser et influencer les pouvoirs publics et les acteurs institutionnels
» Valoriser les projets exemplaires et la diversité du mouvement

=>2. Inspirez les décideurs : « La Coordin’action a pour vocation de développer des plaidoyers en faveur de l’habitat participatif et de sensibiliser les pouvoirs publics et les acteurs institutionnels pour construire un environnement plus favorable au développement des projets »

3. Partager les ressources techniques : « La Coordin'action doit être un lieu ressource, notamment via l'observatoire juridique et financier »
OK, mais l’idée de l’observatoire est un peu surplombante et se heurte à la question des moyens. Il me semble nécessaire de changer de logique et de s’orienter vers une approche plus contributive dans notre logique de capitalisation :

=>3. Partager les ressources techniques : « La Coordin’action a pour vocation d’organiser la construction d’un espace commun de ressources techniques et de retours d’expériences issus des projets d’habitat participatif ».

4. Innover pour un mouvement en constante réinvention : « La Coordin’action a vocation à favoriser l’innovation et a se positionner en agitateur d’idées »
Je trouve la formulation ambigüe : quand on lit le titre, on a l’impression que c’est le mouvement habitant qui doit être en constante réinvention (dans ses formes d’organisation ?...) alors que quand on regarde le CR de l’atelier du 8 avril, c’est plutôt l’idée d’encourager la R&D en habitat participatif qui est l’objectif réel (foncière, outil financier…).
Je pense que l’on pourrait élargir un peu le propos sur la R&D et insister sur la mise en place d’outils nationaux mutualisés par le mouvement habitant, ce qui me semble par ailleurs manquer dans les objectifs proposés (la BDD, l’outil de mise en lien, peut-être un jour un outil financier…).

=>4. Mutualiser pour élargir les capacités d’actions du mouvement : « La Coordin’action a pour vocation de proposer et d’animer des outils communs nationaux au service des projets et de l’ensemble du mouvement de l’habitat participatif »


5. Fédérer l’ensemble des acteurs de l’habitat participatif « La Coordin’action doit être à l’initiative de ponts entre les réseaux »
Si la formulation est fidèle à l’idée qui veut être mise en avant (« Fédérer l’ensemble des acteurs… »), c’est l’objectif dans lequel je me retrouve le moins : à la fois très centralisateur (« Définir le rôle des associations et le rôle des professionnels, éventuellement par territoire » ; « Coordonner les demandes de subventions aux fondations et aux autres bailleurs de fonds » ; « Créer une base centralisée des partenaires professionnels »… => ben non, je ne pense pas que ce soit le rôle de la Coordin’action de faire tout cela.
Et c’est surtout très utopique quant à la volonté de nos partenaires de se fédérer sous la bannière de la Coordin’action. D’où une autre proposition de formulation, plus nuancée :

=>5. Relier l’ensemble des acteurs de l’habitat participatif : « La Coordin’action a pour vocation de susciter et d’animer un espace de dialogue entre l’ensemble des acteurs de l’habitat participatif, et à y représenter la parole des habitants ».
Quelles sont les orientations qui vous semblent les plus importantes ? (mettre éventuellement une note de 1-plus important à 5-moins important) : Voir ci-dessus.
Quelles sont selon vous les actions que doit mener la Coordin'action ? : Toutes ces actions doivent être menées par la Coordin'action.

Si je devais les prioriser :

1. Organisation d'évènements (JPO, RNHP,...) : c’est absolument central et vital : c’est l’identité et la vocation première d’une Coordin’action qui souhaite ‘faire mouvement’.

2. Mise en place d'outils mutualisés (BDD projets, Outil de mise en lien, Agenda partagé, Centre de ressources,...) : peut permettre de mettre en œuvre une logique plus contributive où chacun pourra apporter sa pierre à l’édifice et trouver sa place dans la construction du mouvement. Cet aspect me parait de plus en plus essentiel.

3. Plaidoyer et contribution aux politiques publiques et réglementaires : c’est historiquement important mais je l’ai redescendu dans nos priorités car on manque d’interlocuteurs actuellement.

4. Animation/facilitation des chantiers transversaux/Etude-action : c’est à mon sens plus une question d’opportunité et une nécessité économique qu’une vraie vocation de la Coordin’action. Mais c’est peut-être sur cet aspect qu’il va falloir se résoudre à faire reposer notre modèle économique + source de financement complémentaire pour les membres de la Coordin’action.

5. Communication grand public sur l'HP => se fait à travers les points 1 et 2, mais ce n’est pas un chantier spécifique.
Selon vous, qui participe et selon quelles modalités aux actions de la Coordin'action ? : • La Coordin'action peut-elle s'adresser de manière complémentaire aux associations régionales/locales, à tous les groupes et futurs habitants pour promouvoir la thématique de l'Habitat Participatif (dire qu'elle existe, faire des propositions,...) ?
Oui, tout à fait. C’est ce qu’elle fait déjà lors des RNHP et des JPO, à travers la BDD des projets, maintenant l’outil de mise en lien…

• Les chantiers portés par la Coordin'action doivent-ils être ouverts à toutes les personnes intéressées (réseaux partenaires, futurs habitants, groupes,...) ? En termes de visibilité d'une part et de contribution d'autre part ?
Je pense que c’est possible, avec discernement. C’est-à-dire que tous les chantiers ne sont pas ouverts à tous n’importe comment, mais qu’en fonction de la vocation de nos interlocuteurs, certains chantiers peuvent/doivent être partagés. Cette logique est d’ailleurs déjà en place : BDD avec Colibris et USH ; QPV avec acteurs institutionnels ; marqueurs de la participation avec le RAHP ; JPO aux groupes projets ; RNHP à tous…
La vraie question est de savoir comment renforcer cette ouverture vis-à-vis des groupes et des particuliers qui souhaiteraient contribuer plus activement à la Coordin’action. Sur le fond, je suis favorable à leur ouvrir un cadre de participation dans une logique contributive (un wiki de l’HP ?), mais l’objet et la méthode doivent être réfléchis et distingués des chantiers menés en partenariat avec des institutionnels.

• L’organisation transitoire par chantier doit elle se poursuivre en l’ouvrant à des contributeurs extérieurs à la Coordin’action ?

Oui, voir ci-dessus. Cette structuration de nos actions par chantier a d’ailleurs toujours été celle de la Coordin’action, même avant l’organisation transitoire.

• La légitimité des contributeurs aux chantiers est-elle basée sur le travail fourni (et donc sur l'implication et l'expertise) ou sur la base d'un mandat de représentation ?

Cela dépend des chantiers, les deux sont possibles. Voir ci-dessus.

• Débat professionnels /citoyens : jusqu'où les professionnels veulent-ils / peuvent-ils partager leurs ressources ?

Pour ce qui est de REGAIN, nous sommes partisans du libre et diffusons déjà assez largement nos contenus formalisés. Mais cette discussion pourrait être proposée au RAHP.
Selon vous, qui peut adhérer à la Coordin'action et sous quelle forme ? : L’adhésion à la Coordin’action peut être ouverte aux groupes et particuliers, à condition de créer une catégorie de membre spécifique.

En effet, la Coordin’action doit concilier deux logiques différentes :
- Une logique de représentation : porter la parole habitante auprès de nos partenaires, construire un discours commun et piloter le mouvement, ce qui implique un minimum de représentativité.
- Une logique de réciprocité et d’adhésion : se sentir partie prenante d’un mouvement habitant, partager des expériences, contribuer à un savoir commun sur l’habitat participatif, faire connaitre l’habitat participatif au plus grand nombre, multiplier les échanges horizontaux…, ce qui implique de pouvoir mobiliser toutes les personnes et les ressources qui souhaitent contribuer à la diffusion de l’habitat participatif.

Pour concilier ces deux logiques, je propose deux types de membres différents / deux types de gouvernance :
- Le pilotage général et la fonction de représentativité est confiée aux structures représentatives du mouvement habitant (= en gros les membres actuels, sur la base des deux collèges déjà décrits dans nos statuts), dans le cadre d’un COPIL national (en gros la gouvernance actuelle).
- Auquel on ajoute une nouvelle catégorie de membres, celle des contributeurs (groupes, habitants, partenaires, éventuellement professionnels s’ils le souhaitent…), qui prennent une adhésion de soutien et peuvent contribuer à l’élaboration de ressources communes dans le cadre des chantiers qui leur sont ouverts (cf. point 3 ci-dessus). Ces chantiers peuvent être initiés / pilotés par le COPIL dans un premier temps, puis à l’usage, en fonction du nombre d’adhérents / de l‘activité / du dynamisme et de la pro-activité de ces acteurs contributeurs, on pourra imaginer une gouvernance spécifique, notamment pour faciliter la prise d’initiative dans l’ouverture de nouveaux chantiers contributifs.
Selon vous, quel mode de gouvernance devrait être appliqué ? : Voir ci-dessus.
Selon vous, quels sont les outils et les moyens à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs de la Coordin'action ? : Quelles ressources mobiliser ?

• Quels outils ?
§ Quel périmètre pour les outils de mise en réseau ?
§ Quel plan de communication ?

Bonnes questions, mais difficile d’y répondre hors contexte. L’enjeu me parait d’essayer de mettre en réseau toutes les volontés contributives au mouvement de l’habitat participatif, d’où qu’elles viennent.
La question de la communication rejoint celle des moyens. Commençons par les RNHP.

• Quels moyens ?
§ La Coordin'action peut-elle s'adresser au plus grand nombre pour solliciter des moyens de fonctionnement (crowdfunding) ?
Oui, mais plutôt dans une logique d’adhésion (annuelle) que de crowdfunding (one shoot et très gourmande en ressources). 1000 adhésions à 20€ = 20 000€ / an. Cela me semble un objectif atteignable et une source de financements pérenne.

§ Doit-elle fédérer les ressources des différents réseaux de l’habitat participatif ?
Je ne vois pas bien comment mis à part en demandant des subventions à nos partenaires…

§ Quelles ressources humaines mobiliser ?
Toutes celles que l’on pourra, dans une logique d’encouragement de toutes les contributions volontaires et bénévoles.
Nécessité également de pérenniser et d’augmenter la coordination général par un(des) salarié(s). Ludo joue aujourd’hui un rôle essentiel et pivot.

Selon vous, quels sont les outils et les moyens à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs de la Coordin'action ? :

Par ailleurs, je pense qu’il ne faut pas renoncer à demander des subventions aux Fondations (MACIF,  FdF, FPH, mutuelles…) jusqu’à obtenir gain de cause.
Personne contact : Pierre LEVY
RegainHabitatParticipatifPaca (Où va-t-on ensemble ?)
créée le 20.04.2018 à 16:02, mise à jour le 20.04.2018 à 16:17.